Compte professionnel de prévention (C2P)

Date de parution
Image

Rappel. L’employeur doit prévenir l’exposition aux risques professionnels de ses salariés, quelles que soient sa taille et ses activités. Il a l'obligation d’évaluer et de déclarer chaque année l'exposition aux 6 facteurs de risques professionnels en vigueur dans le cadre du Compte professionnel de prévention (C2P) dès lors que cette exposition dépasse un certain seuil (C. trav. art. D 4163-2).


La notion d'exposition correspond au dépassement des seuils réglementaires d'exposition aux facteurs de risques C2P au cours de la période du contrat ou de l'année civile si le contrat est supra-annuel. L'exposition peut concerner un facteur de risque (mono-exposition) ou plusieurs facteurs (multi-exposition). L'employeur doit déclarer l'ensemble des facteurs auxquels le salarié est exposé.

 

Les 6 facteurs de risques professionnels C2P pris en compte lorsque l’exposition dépasse les seuils réglementaires sont : les activités exercées en milieu hyperbare, les températures extrêmes, le bruit, le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes et le travail répétitif (répétition d'un même geste, à une cadence contrainte avec un temps de cycle défini)

 

Sont concernés tous les salariés affiliés au régime général de la sécurité sociale ou à la mutuelle sociale agricole (MSA), qui peuvent acquérir des droits au titre du C2P. Les salariés titulaires d'un contrat de travail de type particulier tels que les apprentis ou les titulaires de contrat de professionnalisation sont également concernés.

 

La déclaration au titre du C2P doit être réalisée dans la paie du mois de décembre 2023 suivant l’exposition en 2023, dont la DSN est attendue au 5 ou 15 janvier 2024.

Si un salarié quitte l’entreprise en cours d’année, la déclaration devra être réalisée le mois après son départ (exemple : si le salarié a quitté l’entreprise en avril, la déclaration sera faite en mai).
 
En cas d’erreur sur la DSN, la correction peut être effectuée jusqu’au 5 ou 15 avril 2024 si l’erreur est défavorable au salarié ou jusqu’au 31-12-2026 si elle est favorable au salarié.

 

Sources : https://www.net-entreprises.fr, actualité du 6-9-2023 ; C2P - fiche consigne n° 1765, maj du 19-12-2022 sur https://net-entreprises.custhelp.com ; C. trav. art. D 4163-2

© Lefebvre Dalloz

Formulaire de newsletter
Titre

Suivre notre actualité

Lire également
Vente à emporter : l’indication de l’origine des viandes bientôt obligatoire
Cette obligation d’informer sur l’origine des viandes, issue de la loi Égalim, ne s’appliquait jusqu’à présent qu’aux établissements de restauration commerciale ou collective. Dès le 1-10-2023, les établissements de restauration commerciale sans…
Contrat sous condition suspensive : incidence de la clause de résiliation unilatérale
Dans l’arrêt rapporté, la Cour de cassation était interrogée sur les rapports entre faculté de résiliation unilatérale et contrat conclu sous condition suspensive. Elle affirme que « la règle suivant laquelle l’engagement affecté d’une condition…
Transformation d’une société : un défaut de publicité qui peut coûter cher !